Les larmes rouges T1 : Réminescences (Georgia Caldera)








Editions : J’ai lu
Genre : Bit-Lit / Romance
Auteur : Georgia Caldera
Parution : 18 septembre 2013
COUP DE COEUR








Résumé : « Le temps n’est rien… Il est des histoires qui traversent les siècles… » Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants. Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité. Peu à peu, elle perd pied… Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect…

On continue la série des chroniques sur le thème d’Halloween avec le premier tome des Larmes rouges écrit par Georgia Caldera. J’ai découvert ce livre en 2013 et je dois dire que j’en suis tombé amoureuse. A la base, je l’avais acheté à mon amie Lizzie pour son anniversaire parce que le résumé me tentait bien, la couverture était sublime et l’auteure avait été récompensée par le prix Merlin en 2012. J’ai donc attendu qu’elle le lise et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a adoré et m’a recommandé de le lire aussi vite que possible. Je n’ai donc pas attendu pour entamer ma lecture.

Au début du roman, on retrouve Cornelia, une jeune fille un peu perdue,  qui n’a pas eu un début de vie facile et dont le père est obnubilé par son travail. Elle décide donc de se suicider mais sa tentative échoue et elle se retrouve à l’hôpital. Son père décide alors de l’envoyer dans la petite ville de Rougemont où se situe le manoir familial. Arrivée sur place, des cauchemars et de sombres visions commencent à l’assaillir, visions et cauchemars dont elle ne comprend pas la signification. Pour couronner le tout, l’homme qui l’a sauvé lorsqu’elle a tenté de se suicider vit dans le château de Rougemont, à quelques pas du manoir. Coïncidence ? Alors que tout le monde lui dit de se méfier de cet étrange personnage, Cornelia, poussée par la curiosité et par ses visions, va se lier d’amitié avec lui et plonger dans un univers dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence.

Je n’en dirais pas plus sur le résumé pour ne pas vous spoiler et parce qu’il est toujours plus agréable de découvrir l’histoire par soi-même. Dès le début du roman, j’ai éprouvé beaucoup d’empathie pour le personnage de Cornelia. C’est une jeune fille fragile, qui a connu beaucoup de malheurs dans sa vie et qui ne voit pas l’intérêt de continuer à vivre dans un monde où elle ne se sent pas à sa place. Et quand elle commence enfin à reprendre pied, de sombres cauchemars viennent la hanter. Ce n’est pas une héroïne forte de prime abord, mais au fur et à mesure que l’intrigue évolue, elle se montre réellement courageuse. Cornelia s’étonne, s’insurge, est effrayée, en colère, et à chaque fois j’ai compris ses réactions. Je pense que si j’avais été plongé dans un univers pareil, j’aurais réagi de la même façon. J’aurais été terrifiée et curieuse à la fois. Evidemment, comment ne pas parler d’Henri ? Au début du roman, Henri est tout ce que l’on peut attendre de son personnage : froid, arrogant, taciturne, glacial. Je dois dire que je l’ai aimé pour ça dès le début et au fur et à mesure de l’intrigue, j’ai été complètement conquise. J’ai eu mal au cœur pour lui quand on en découvre davantage sur son passé. C’est un cœur totalement meurtri que Cornelia découvre en rencontrant Henri et toutes ses réactions étaient compréhensibles. Je ne compte pas le nombre de fois où mon cœur s’est serré et où j’ai eu envie de le réconforter. L’amour qu’Henri porte à Cornelia est sans limites. On dit souvent « aimer plus que tout au monde », mais pour Henri, ce n’est pas simplement une expression et tout ce qu’il fait, il le fait pour protéger Cornelia. Certains pourraient penser qu’un amour aussi fusionnel est malsain, mais moi je ne vois que la pureté et la beauté sombre d’un tel amour. A mes yeux Henri est beaucoup mieux qu’un Roméo. Bien sûr il a ses défauts, je ne dirais pas le contraire, et j’ai quelques fois eu envie de l’étrangler. Mais à chaque fois, ses attentions envers Cornelia étaient tellement touchantes que je ne pouvais lui en vouloir longtemps. Quant au méchant de l’histoire, oui parce qu’il y a bien un méchant, on en n’apprend pas beaucoup sur lui dans le tome 1 si ce n’est qu’il s’appelle Avoriel et qu’il traque Cornelia depuis très longtemps. Je vous laisse découvrir les détails de son personnage. Un autre personnage important fait son apparition dans le livre, un personnage qui va venir s’interposer entre Cornelia et Henri. Il s’appelle Will, mais je ne peux pas vous en dire beaucoup sur lui sans révéler  l’histoire. Je dirais  que j’ai éprouvé de la pitié sans  réussir à l’aimer.

En ce qui concerne le style de l’auteure, mon dieu, ce livre est une pure merveille. Georgia Caldera est définitivement une auteure qu’il faudra suivre dans les prochaines années. Je ne saurais comment vous expliquer ce que j’ai ressenti durant ma lecture. C’est comme si j’attendais que quelqu’un me raconte cette histoire depuis des années et que l’auteure avait parfaitement réussi à me la raconter. Les larmes rouges est une romance à l’ambiance gothique et si vous aimez ce genre de roman, celui-ci est définitivement une pépite livresque. Le style est à la fois fluide et poétique. J’ai vécu un tourbillon d’émotions en lisant les aventures de Cornélia et Henri. Mon cœur s’est serré un nombre incalculable de fois, j’ai parfois eu envie d’étriper les héros, je me suis attendrie, j’ai été en colère. Pour moi, toutes ces émotions ressenties, c’est ce qui fait un coup de cœur.

En conclusion, je ne vous dirais qu’une seule chose. Foncez acheter Les larmes rouges si vous ne l’avez pas encore fait ! Ce livre en vaut vraiment la peine, surtout si vous aimez les romances gothiques. Quant à moi, j’attends avec impatience de pouvoir rencontrer l’auteure aux Halliénales la semaine prochaine. J'ai tellement aimé cette saga que j'ai inclu le tome 3 dans mon challenge d'Halloween que vous pouvez retrouver ici, ainsi que le tome 1 de Victorian fantasy, sa nouvelle saga.

Et vous, vous avez lu Les larmes rouges ? Vous avez aimé ? N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire J

1 commentaire:

  1. En effet, je recommande chaudement ce livre qui est un véritable ascenseur émotionnel et qui se différencie véritablement de la traditionnelle "bit-lit" ou "urban fantasy".
    Ici on est clairement dans le gothique, dans la lignée d'Anne Rice ou d'Edgar Poe pour le côté sombre et mystère.
    Il ne faut cependant pas confondre gothique avec trash ou épouvante, le monde de Cornélia n'est pas rose mais rien de traumatisant pour le lecteur.
    L'intrigue n'est ni facile, ni jouée d'avance, il est beaucoup plus difficile de deviner la suite des événements et les pages tournent toutes seules.
    Bref, c'est une pépite à ne pas louper!

    Le tome 2 sera peut-être un des 5 livres du challenge Halloween, qui sait?

    Lizzie

    RépondreSupprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)