La belle et la bête (Madame de Villeneuve)







Edition : Folio
Genre : Classique
Auteur : Madame de Villeneuve
Parution : 30 avril 2010








Résumé : " Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu'elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d'un pas ferme, et d'un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : "Bonsoir, la Belle" ".

La Belle et la bête a toujours été mon dessin animé préféré étant enfant, l’univers enchanté crée par Disney m’ayant toujours fait rêver. Pourtant, je n’avais jamais pris la peine de lire le livre original écrit par Madame de Villeneuve en 1740. Sa version est la version originale, mais le roman a été abrégé et repris en 1757 par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, grâce à qui il connut réellement le succès. Diverses adaptations ont ensuite vu le jour pour mettre en scène ce conte. Chacune de ses adaptations nous raconte à peu près la même histoire, mais en réalité le classique original est bien différent

Le début du conte ressemble beaucoup au film sorti en 2015 avec Léa Seydoux et Vincent Cassel. Un riche marchand se retrouve totalement ruiné après le naufrage de ses navires et est forcé de se retirer à la campagne. Cependant, le marchand en question n’a pas 6 enfants comme dans le film, mais 12, 6 garçons et 6 filles. Il apprend qu’un de ses navires a survécu à la tempête et décide de retourner en ville pour retrouver ses biens. Ses 5 filles en profitent alors pour lui réclamer des vêtements et des bijoux, mais sa cadette, Belle, se contente de lui demander une rose. Loin de retrouver sa fortune, le marchand reprend le chemin du retour aussi ruiné qu’au départ. Il se perd alors dans la forêt et échoue dans un château enchanté où des mets et des richesses lui apparaissent comme par magie, sans qu’il ne croise personne. En repartant, il aperçoit un parterre de roses et se rappelle de la promesse faite à sa fille. Mais alors qu’il cueille la rose, une affreuse bête apparaît. Cette dernière le laisse repartir à condition qu’une de ses 6 filles ne revienne de son plein gré au château pour y être sa prisonnière. Si aucune d’entre elle ne réalise se sacrifice, alors ce sera au père de revenir. Commence alors véritablement le conte de la Belle et la bête.

A partir du moment où Belle arrive au château, les choses sont assez différentes de ce que l’on a pu voir dans les différentes adaptations du roman. Pas d’horloge ou de chandelier qui parlent, ici ce sont des singes et des perroquets qui assurent le service et divertissent la belle. Le palais est un lieu rempli d’enchantements et de mystères, présenté comme une scène de théâtre.

La suite du récit redevient ensuite fidèle aux adaptations, quand la Belle demande à revoir sa famille et son père malade une dernière fois. On assiste ensuite à la métamorphose de la bête à son retour au château.

Ce qui change réellement avec ce classique, c’est que la métamorphose ne met pas la fin de l’histoire. L’auteure a créé toute une mythologie autour des fées pour expliquer les origines de cette métamorphose et la naissance de  Belle. C’est vraiment très intéressant et aucune des adaptations ne l’a jamais mis en scène. Et pour cause, la version de Mme de Beaumont coupe le récit au moment de la métamorphose. C’est dommage car l’explication est pleine d’imagination et j’ai beaucoup apprécié ce passage. 

Belle est présentée comme une jeune fille douce et aimante, qui sait se contenter de ce qu’elle a et qui montre de la générosité et de la reconnaissance en tout. Ainsi, quand elle est forcée de rester avec la bête mais qu’elle se rend compte qu’il fait tout pour la contenter et la divertir, elle éprouve de la reconnaissance pour ce qu’elle considérait au départ comme un monstre. L’amour viendra plus tard, quand elle apprendra à ne pas se fier aux apparences et à privilégier la reconnaissance à tout autre sentiment. La Belle est, pour l’époque de Mme de Villeneuve, ce que toute jeune fille devrait aspirer à devenir. Elle a également une relation très forte avec son père. Enfin, comme son nom l’indique, elle est magnifique, mais n’en tire aucune gloire.

La bête est bien différente de ce que l’on a pu voir dans les films. L’auteure le décrit comme possédant une énorme trompe et des écailles sur tout le corps. Il produit des hurlements bestiaux et n’est pas très intelligent. Tous les soirs, il demande à la belle si elle veut coucher avec lui et devant son refus constant, il se retire dans ses appartements. Il n’a pas beaucoup de conversation non plus. Evidemment, on apprend à la fin que tout cela était dû à l’enchantement et que derrière l’apparence de la bête se cache un prince qui possède toutes les qualités d’un prince charmant : doux, attentionné, gentil, intelligent, beau. 

L’intrigue est très originale, parfois même un peu tarabiscotée. Madame De Villeneuve avait une imagination débordante pour son époque, qui la conduit souvent à partir dans tous les sens. Quelques aspects du roman m’ont semblé quelque peu tiré par les cheveux. Néanmoins, j’ai beaucoup aimé l’aspect féerique qu’elle incorpore dans son récit et le fait qu’elle explique pourquoi la bête a été transformée, sans terminer le récit au moment de la métamorphose. Je trouve vraiment dommage que Mme de Beaumont ait ainsi coupé le récit et que ce soit ce récit tronqué qui soit parvenu jusqu’à nous. 

En conclusion, si vous ne connaissez pas le conte original de la belle et le bête, je vous conseille vivement ce livre qui vous réservera quelques surprises au niveau de son intrigue. On est bien loin de la version de Disney ou des films qui ont pu voir le jour ces dernières années. Personnellement je n’ai vu que la version de Disney et le film avec Léa Seydoux et Vincent Cassel mais je peux dire que ces deux versions sont différentes. Je vous ferais une chronique sur le film de 2015, que j’ai beaucoup aimé, et où je pourrais comparer livre et film. Je suis également impatiente de découvrir le film avec Emma Watson. 

18 commentaires:

  1. Il faut que je le lise (et que je vois le film!) :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en plus il ne fait que 130 pages donc c'est rapide à lire. Et le film est visuellement magnifique, j'ai adoré !

      Supprimer
  2. Un classique que je dois absolument lire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, surtout qu'il est court, en une après midi c'est lu et c'est vraiment très sympa de redécouvrir l'histoire :)

      Supprimer
  3. Je connais le roman originel cela dit, je suis curieuse de découvrir celui-ci. Ta chronique est vraiment très complète !! Bravo <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup c'est très gentil ! :) Il est vraiment sympa à lire, assez différent de ce que l'on connaît !

      Supprimer
  4. J'ai vu le film de 2015 de La belle et la bête ! J'ai beaucoup aimé :) Personnellement, lire le livre ne me tente pas plus que ça ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup aimé le film aussi même si j'aurais aimé avoir plus de moments entre la belle et la bête :)

      Supprimer
  5. Ca fait un moment que je me dis qu'il faudrait que je lise le conte original et je n'ai pas vu non plus la version avec Vincent Cassel et Léa Seydoux mais tout comme toi, j'attends celle avec Emma Watson!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre est très différent des films. Mais je te conseille quand même l'adaptation française, ne serait ce que parce que elle est très belle visuellement parlant :)

      Supprimer
  6. J'avais oublié qu'une adaptation avec Emma Watson devait sortir, j'ai hâte de voir ça!
    En tout cas je suis tout à fait d'accord avec ton résumé, c'est déroutant de lire ce récit parce qu'il faut vraiment chercher les points de similitudes avec ses réécritures! J'ai eu du mal à m'imaginer la bête avec une trompe d'ailleurs x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et la bête c'est Dan Stevens en plus ! Il faut qu'on aille le voir au cinéma ensemble :) J'avoue que la bête avec une trompe, ce n'est pas du tout l'idée que je m'en fais XD.

      Supprimer
  7. Je ne crois pas avoir déjà regardé la Belle et la Bête que ce soit le film ou le dessin animé (oui honte à moi) mais je serais assez tentée de lire le roman :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon dieu, honte à toi en effet XD. Non je plaisante, mais je te conseille de commencer par le classique du coup, comme ça tu verras si tu as envie de regarder les adaptations :)

      Supprimer
  8. Il faudra que je le lise un jour, je suis curieuse. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement différent des adaptations télévisées que c'est vraiment intéressant à lire :)

      Supprimer
  9. Super chronique! Je ne savais pas du tout qui avait écrit ce conte, au départ, et je m'imaginais qu'il devait s'agir de Perrault ou des frères Grimm, comme de nombreux autres contes. Je note tout de suite ce livre dans ma wish list! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :) Oui tout le monde connaît la belle et la bête mais peu de monde sait d'où vient le conte originel. Je suis ravie de t'avoir fait faire une découverte (et d'avoir allongé ta wish list XD).

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)