Du domaine des murmures (Carole Martinez)






Edition : Folio
Genre : Fiction historique
Auteur : Carole Martinez
Parution : 28 février 2013








Résumé : En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire «oui» : elle veut faire respecter son vœu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe... Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.

Dire que mes trois dernières lectures n’ont pas été gaies est un euphémisme. Avant toi m’a fait pleurer, La couleur du lait était d’une tristesse effroyable et Du domaine des murmures vient compléter la liste. Il va s’en dire que j’espère que ma prochaine lecture sera un peu plus réjouissante. Toujours est-il que « Du domaine des murmures » est un livre qui végète dans ma PAL depuis 5 ans tout de même et qu’il m’a semblé qu’il était grand temps pour moi de le sortir.

Alors certes,  je dois tout d’abord vous dire que l’histoire est très triste, donc si vous préférez les histoires où tout finit bien, je vous le déconseille fortement. Néanmoins, la plume de Carole Martinez a été récompensée par le Prix Goncourt des lycéens 2011 (oui bon, je suis légèrement en retard…) et qu’après la lecture de ce roman plutôt court, je comprends pourquoi.

Il m’est difficile de vous faire un résumé sans vous spoiler tout une partie de l’intrigue. Le roman ne fait en effet que 225 pages et se lit donc très rapidement. Esclarmonde est une jeune femme qui vit au XIIème siècle dans le fief de son père, châtelain régnant sur le « Domaine des murmures ». Comme toutes les femmes de son époque, ce qui l’attend, c’est le mariage. Son père a déjà choisi pour elle le fils d’un de ses vassaux, qu’il a élevé au château. Mais Esclarmonde ne veut pas de cette union et pour échapper au mariage, elle déclare juste avant de dire « oui » qu’elle décide de s’offrir à Dieu et qu’elle désire être enfermée dans une cellule attenante à la chapelle du château, que son père devra construire. Le couvent ou la réclusion étant les seules portes de sortie pour échapper au mariage (avec la mort, mais bon, il n’y aurait plus vraiment d’histoire si elle avait choisi ça), son père ne peut qu’accepter et s’incliner devant la volonté du Tout Puissant. Il lui faut 2 ans pour construire la cellule, et enfin Esclarmonde est enfermée, avec pour seule ouverture une fenestrelle qui lui permet de voir une partie de la Cour du château. Elle va alors assister aux bouleversements de son siècle et écouter les pèlerins qui la prennent pour une Sainte. Grâce à cette puissance issue de la croyance des gens, Esclarmonde va influencer les décisions de ses proches. 

Je ne peux pas vous en dire davantage, si ce n’est que j’ai été surprise de la tournure des évènements, révoltée aussi et qu’il faut quand même avoir le cœur bien accroché pour ne pas compatir aux malheurs d’Esclarmonde.

En effet, Esclarmonde est une jeune fille de 15 ans au début du roman, qui décide de ne pas se marier et qui doit le payer très cher. A 17 ans, après la construction de la chapelle, elle se retrouve enfermée à vie dans une petite cellule, se donnant à Dieu. Il n’y a aucune porte, simplement une fenêtre avec des barreaux d’où elle ne peut voir qu’un bout de cour du château. J’ai été indignée de constater que c’était sa seule option pour échapper à un mariage dont elle ne voulait pas. Et encore plus de constater qu’il y a énormément d’exemples dans l’histoire de France qui rejoignent l’histoire d’Esclarmonde. Comme si cette épreuve ne suffisait pas, Esclarmonde va également devoir affronter beaucoup d’autres choses et les malheurs vont s’abattre sur elle tout au long de l’histoire. On assiste réellement au destin brisée d’une jeune fille et on se demande à la fin de l’histoire si elle n’aurait pas dû choisir le mariage après tout, qui lui aurait permis d’être plus heureuse.

Le roman étant très court, je ne vous parlerais pas des autres personnages, il vaut mieux les découvrir par soi-même et aller de surprise en surprise comme j’ai pu le faire. En revanche, il faut savoir qu’au-delà des personnages, « Du domaine des murmures » est une fiction historique qui dépeint parfaitement une période de notre histoire, celle des croisades. Ainsi, grâce à un mécanisme astucieux de l’auteure, on se retrouve aux portes de Jérusalem pour suivre un groupe de croisés en même temps qu’Esclarmonde. L’auteure a ici un parti pris et elle dénonce l’engrenage de ces guerres saintes où tant de croisés sont morts.

La vraie découverte du roman, c’est la plume de l’auteure. Le prix Goncourt des lycéens 2011 est amplement mérité, j’ai rarement lu une plume aussi poétique. On sent que toutes les phrases sont réfléchies, que le style va dans un sens précis et c’est très joli à lire, sans être compliqué. On se retrouve facilement dans les ruines de ce château, à écouter les murmures d’Esclarmonde qui nous raconte sa triste histoire. J’ai également été surprise par l’intrigue et par la tournure qu’ont pris les évènements au fil des pages. Je ne m’attendais pas à un tel dénouement, même si pour être honnête j’aurais préféré une fin plus gaie. Mais étant donné le sujet du roman, il aurait été difficile de faire un happy end.

En conclusion, « Du domaine des murmures » est un livre plein de poésie, une fresque historique des mœurs du XIIème siècle qui traite de la condition des femmes à l’époque. Mais c’est aussi une histoire très triste dont la fin sera loin de vous réjouir. Après trois chroniques sur des livres tristes à pleurer, promis, la prochaine fois, j’essaye de vous parler d’un livre plus gai. 

27 commentaires:

  1. C'est un livre que j'ai vu passer sur plusieurs blogs et qui me tentait bien. Ton avis me donne un peu plus envie de le lire! Hop +1 sur la WL! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup je suis ravie de t'avoir donnée envie de le lire :)

      Supprimer
  2. Bon je le lirai peut-être mais pas tout de suite, j'enchaîne pas non plus les lectures gaies en ce moment! (Plutôt triste et sans action, il faut que je change de style après ça ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que ce n'est pas franchement gai comme lecture, mais c'est une très belle plume ! :)

      Supprimer
  3. ahahaha, c'est sur que tes lectures ne sont pas gaies :p
    tu me donnes envie de le lire en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai enchainé ces dernières semaines XD. Ah contente de t'emmener dans ma folie de lectures déprimantes !

      Supprimer
  4. Il a l'air touchant c'est vrai et comme il est court, je vais surement me laisser tenter ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment court, ça se lit en une matinée donc même si tu n'aimes pas tu n'auras pas trop perdu de temps :)

      Supprimer
  5. J'avais déjà repéré ce livre, mais la religion ce n'est pas trop mon truc, alors je ne sais pas si ça me plairait!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'aspect religieux est quand même assez développé, mais toute l'intrigue est basée sur ça donc c'est normal et pour le coup ça ne m'a pas trop dérangé :)

      Supprimer
  6. Ca fait un moment qu'il est dans ma WL, il faudrait que je me décide !

    RépondreSupprimer
  7. Mis à part ce prénom complètement incroyable, le livre me tente bien (même pas peur des fins tristes !), d'autant que ta chronique le vend plutôt bien ! (et la couverture est très jolie, je trouve)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes, j'ai eu un peu de mal avant de l'écrire correctement ! Tu as bien raison, il ne faut pas avoir peur des fins tristes XD. J'ai vraiment bien aimé et c'est vrai que la couverture est super.

      Supprimer
    2. Sans rire, je suis allée voir les attributions de prénoms. Et il y en a quand même eu 151 depuis 1980 !

      Supprimer
    3. Mon Dieu (sans mauvais jeu de mot XD), c'est terrible. Comment peut on infliger ça à un enfant????

      Supprimer
  8. Je l'avais déjà repéré à sa sortie mais je crains qu'il s'y trouve un peu trop de religion (ce que je n'aime pas vraiment). Du coup, je ne sais pas trop si il me plairait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que toute l'histoire est basée sur le religieux, mais après ça ne m'a pas dérangée, c'est présent sans être présent. C'est assez difficile à expliquer mais l'auteure ne nous impose pas un point de vue, elle raconte juste l'histoire d'une jeune fille qui préfère se consacrer à Dieu que de se marier.

      Supprimer
    2. Dans ce cas, il serait peut-être intéressant que je m'y plonge ! :)

      Supprimer
  9. J'ai récemment découvert, en lisant un polar médiéval l'été dernier, l'existence des reclusoirs et en effet, c'est un principe immonde !
    Le livre a l'air sympa mais en ce moment, je n'ai pas envie de lire des trucs trop trop déprimants et j'ai l'impression que celui ci ne respire pas la joie de vivre :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tombée des nues en découvrant ça, c'est affreux ! Je n'imagine pas combien de gens ont du être enfermé sans vraiment avoir la foi, ça doit être terrible. Je comprend, moi aussi je vais m'en tenir à des livres plus gais à partir de maintenant XD.

      Supprimer
  10. N'aimant pas trop les livres qui finissent mal, je ne sais pas si je le lirai. J'ai Le coeur cousu, de la même auteure, dans ma PAL. J'espère que ce sera un peu moins triste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas d'autres livres de l'auteure dans ma PAL pour le moment mais j'espère en découvrir d'autres. Et si tu n'aimes pas les livres qui finissent mal alors ce n'est pas le bon livre pour toi :)

      Supprimer
  11. Un roman vraiment très beau...différent de ce que j'ai l'habitude de lire, un roman historique relativement atypique mais tellement agréable à découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, j'ai été transportée par la poésie de ce roman :)

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)