Les liaisons dangereuses (Pierre-Ambroise Choderlos de Laclos)







Edition : Le livre de poche
Genre : Classique
Auteur : Choderlos de Laclos
Parution : 23 mars 1782
Coup de coeur








Résumé : La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l’apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d’une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, Valmont s’est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel.

Comme chaque année, la mi-juin est une étape importante pour des milliers de lycéens qui passent le bac. Certains d’entre vous ont été plongés dans leurs révisions la semaine dernière et il ne reste désormais plus qu’à attendre avec fébrilité les résultats. Cette année, en regardant les informations, quelque chose m’a frappé, ça fait déjà 6 ans que j’ai passé le bac ! Cela m’a fait repenser aux cours de littérature que j’adorais et à un classique qui a été un énorme coup de cœur quand je l’ai étudié, je veux bien sûr parler du livre « Les liaisons dangereuses » de Choderlos de Laclos (Pierre Ambroise François pour les intimes).

Choderlos de Laclos n’est pas un écrivain très prolifique et « Les liaisons dangereuses » reste son roman le plus connu. Rien ne prédisposait cet officier d’artillerie à connaître le succès, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle son éditeur n’a publié le livre qu’à 2000 exemplaires. Mais le roman a connu un énorme succès, tous les contemporains de l’auteur se le sont arrachés, et Choderlos de Laclos est entré dans l’histoire avec un roman qui a su créer la polémique.

La Marquise de Merteuil, trompée par le Comte de Gercourt , n’est pas le genre de femme à se laisser humilier de la sorte. Aussi, quand elle apprend que ce dernier doit épouser la très jeune Cécile de Volanges, fraîchement sortie du couvent, elle commence à manigancer sa vengeance.  Pour cela, elle a besoin de son vieil ami le Vicomte de Valmont et passe un marché avec lui : elle lui promet une nuit en sa compagnie s’il parvient à pervertir la jeune Cécile. Si celui-ci accepte tout d’abord, il est très vite distrait lorsqu’il rencontre la présidente de Tourvel, une jeune femme extrêmement dévote. Il se met en tête de la séduire à n’importe quel prix, voyant en la jeune femme un délicieux challenge et un divertissement. 

La Marquise de Merteuil est un personnage extrêmement complexe. Il est difficile de l’apprécier, elle manipule beaucoup de gens, tire les ficelles de sa machination et ne recule devant rien pour parvenir à ses fins. Peu lui importe de ruiner la réputation d’une jeune femme ou de briser des cœurs tant qu’elle obtient sa vengeance. C’est une femme vénale, qui a peur de vieillir et qui va très mal vivre le fait que le Vicomte de Valmont ne lui obéisse plus au doigt et à l’œil. D’un autre côté c’est une femme résolument moderne qui a décidé de vivre sa vie comme elle l’entend. En public elle apparaît comme une femme très respectueuse depuis la mort de son époux, alors qu’elle est tout à fait libertine en privé. On ressent cette ambivalence, même si ses mauvais côtés sont beaucoup trop importants pour qu’on puisse en venir à l’apprécier réellement. 

Le Vicomte de Valmont est un peu la version masculine de la Marquise de Merteuil, dans un monde où un tel comportement est acceptable chez un homme mais tout à fait indigne chez une femme. C’est un libertin qui adore s’amuser avec les sentiments des femmes et qui est bien décidé à faire plier à la fois Cécile de Volanges et la Présidente de Tourvel, ne reculant devant aucune machination pour cela. Néanmoins, c’est un personnage qui, à la fin du roman, évolue dans le bon sens. Ses sentiments envers la Présidente de Tourvel vont évoluer, passant de la simple séduction à l’amour véritable. Il y a ainsi une certaine forme de rédemption chez lui qui permet au lecteur de lui pardonner ses erreurs.

La Présidente de Tourvel est une jeune femme très dévote, il est hors de question pour elle ne serait-ce que d’imaginer être infidèle un jour. L’amour est un sentiment qu’il faut absolument éviter. Toutes ses belles résolutions vont malheureusement voler en éclat lorsqu’elle rencontre le Vicomte de Valmont, et elle va passer presque toute l’intrigue à souffrir moralement et à tenter de lui résister par tous moyens. Si ce personnage est plutôt ennuyeux, on éprouve de la peine pour elle, face à un Valmont qui veut absolument la faire céder, peu lui important de la déshonorer et de briser toutes ses convictions.

Cécile de Volanges est une adolescente qui vient de sortir du couvent et qui doit se marier comme beaucoup d’autres jeunes femmes avant elle. Elle est très innocente et ne connaît absolument rien des choses de la vie. Cette innocence la rend naïve, voir idiote. Elle place  sa confiance en la Marquise de Merteuil, une grossière erreur qui va lui coûter cher. Elle tombe  amoureuse de Danceny, ce qui contrarie d’abord les plans de la Marquise mais qu’elle va ensuite utiliser à son avantage.

« Les liaisons dangereuses » est un roman épistolaire, c’est-à-dire une succession de lettres écrites par la Marquise de Merteuil, le Vicomte de Valmont, la Présidente de Tourvel, Cécile de Volanges, Mme de Volanges (sa mère) et Mme de Rosemonde (la tante de Valmont) et qui nous permettent de découvrir l’intrigue. Si au départ j’avais un peu peur d’être perdue face à ce genre, en réalité cela permet de tenir le lecteur en haleine à chaque lettre. Néanmoins, il y  a quelques longueurs qui auraient pu être évitées, certains passages ne servent pas à grand-chose. Cela n’enlève cependant rien à la qualité du roman et au style de l’auteur. Le langage est celui du XVIIIème, si cela peut surprendre au départ ça n’empêche en rien de comprendre puisque c’est vraiment fluide. La fin est à la fois délicieuse et un peu amer et on n’a presque envie de se dire « et voilà donc la moralité de l’histoire ». Les liaisons dangereuses est principalement un roman rempli de complots, de manigances et de perfidie qui se concentre autour de deux libertins blasés qui n’ont trouver que cette façon de s’amuser et de pimenter un peu leur quotidien.

En conclusion, je conseille « Les liaisons dangereuses » à tout le monde, c’est un classique qui mérite d’être lu au moins une fois, on prend un plaisir un peu coupable à suivre les plans de la Marquise de Merteuil et du Vicomte de Valmont tout en souhaitant une fin heureuse pour les victimes. C’est également l’occasion de découvrir le roman épistolaire avec un chef d’œuvre du genre.

14 commentaires:

  1. J'avais justement étudié un extrait de ce livre en français, et j'ai même été interrogée dessus en entretien pour l'oral du bac... J'avais vraiment adoré ce roman, même si c'est vrai qu'il y a parfois quelques longueurs. La Marquise est un personnage tellement complexe et vraiment bien approfondie, de même que Valmont. Et surtout le style de l'auteur est superbe ! Je suis contente de voir que tu as autant voire plus aimé que moi. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que c'est un très bon roman à faire étudier, il y a une histoire qui tient en haleine malgré les quelques longueurs et ce n'est pas bourré de descriptions inutiles. Au moins ça ne dégoûte pas les lycéens de la lecture :)

      Supprimer
  2. J'ai adoré ce livre !!! Superbe chronique !

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que je vais étudier ce livre l'année prochaine, et je suis impatiente à la vue de ta chronique ! Tu donnes clairement envie, et je pense même essayer de découvrir ce roman durant ces vacances :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est excellent, je pense que tu aimeras l'étudier, en général il plaît beaucoup. Il n'y a pas trop de descriptions et l'histoire est fascinante. Les personnages sont complexes, c'est agréable !

      Supprimer
  4. Je l'ai étudié en français, cette année. Enfin, vraiment très rapidement hein ... Je n'ai pas dû le lire mais je dois dire qu'il m'intrigue pas mal après ton avis et celui du blog d'Emilie et Julie (L'ivre de rêves) ! Peut-être que je lui laisserais sa chance dans quelques années :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut le lire en entier pour l'apprécier réellement. L'intrigue est bien travaillée tout comme les personnages ! :)

      Supprimer
  5. Un classique que j'ai très envie de relire, un des meilleurs que j'ai lu pour le moment. Entre ces deux manipulateurs et leurs victimes naïves, cette lecture est très jouissive et captivante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord, c'est aussi un des meilleurs classiques que j'ai pu lire, vraiment passionnant et une plume superbe.

      Supprimer
  6. On a vraiment le même avis, c'est amusant. En tout cas, il fait partie de mes classiques préférés, malgré sa taille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est difficile de ne pas aimer ! Et forcément les lettres sont parfois un peu longues, mais il est tellement génial !

      Supprimer
  7. Ah ce roman... cultissime et très bien adapté au cinéma avec un John Malkovich très convainquant en Valmont "ce n'est pas ma faute..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon tu as déjà vu un film où John Malkovitch n'est pas excellent??? Moi non ! J'adore ce livre et cette adaptation ! Merci Mr Grandsir :)

      Supprimer

Post Ads (Documentation Required)

Author Info (Documentation Required)